Palaos: Plongée dans le lac aux méduses


 

L’archipel de Palaos, situé en Pacifique Ouest et se trouvant à l’est des Philippines, est constitué de plus de 250 îles. Ces dernières sont pour la plupart inhabitées, simplement recouvertes d’une forêt tropicale primaire et de mangroves. Cette courte présentation est en elle-même annonciatrice de belles aventures, mais en ajoutant à ce cocktail la présence d’un lac peuplé de millions de méduses sur l’une de ces îles, les Palaos deviennent une région réellement extraordinaire.


 


Situation du lac aux méduses

 
 

Bateau en approche de l’île de Eil Malk

 

L’île de Eil Malk (ou Mecherchar) mesure 6km par 4,5km de côté. Sa superficie est d’environ 19km². Comme la plupart des îles de l’archipel de Palaos, et en raison de sa faible superficie, Eil Malk n’est pas habitée par l’Homme.

 
 

Cette île possède plusieurs lacs. L’un d’eux, situé dans l’écrin vert formé par la forêt tropicale de l’île et bordé d’un collier de mangroves ressemble à tous les autres lacs de la région s’il reste observé depuis le bord…

 
 

…mais lorsqu’on plonge, on découvre le fantastique trésor qu’il renferme…

…bienvenue dans le lac aux méduses!

 
 

Autrefois, le niveau des océans était plus élevé qu’aujourd’hui. La partie de l’île où se situe le lac aux méduses était recouverte par la mer. Il y a 12000 ans, le niveau des océans ayant baissé, l’eau s’est retirée de cette partie de l’île, mais le sol en forme de cuvette a emprisonné un grand volume d’eau ainsi que les créatures qui y vivaient. C’est ainsi que le lac aux méduses s’est formé (on l’appelle « Ongeim’l Tketau » En paluan). Depuis, les méduses, en l’absence de prédateurs, ont prospéré et ont littéralement envahi le lac. Le lac n’a aujourd’hui plus aucun contact avec la mer, mais il reste alimenté par l’eau de pluie.

 

Plongée avec les méduses

 
 

Méduse dorée (Mastigias sp.)Méduse dorée (Mastigias sp.)

 

Le lac renferme principalement des méduses de l’espèce « méduse dorée » (Mastigias sp.) ainsi que des méduses de l’espèce « méduse lune » (Aurelia sp.).

 
 

Un concentré de médusesUn concentré de méduses

 
 

Le lac a une superficie d’environ 57ha, il mesure 460 mètres de long pour 160 mètres de large. Etant peuplé d’environ 8 millions de méduse, il est difficile de ne pas en rencontrer sur son chemin.

 
 

Un nageur parmi les médusesUn nageur parmi les méduses

 
 

Les méduses ne sont pas dangereuses pour les nageurs, même si, contrairement à une idée reçue, elles n’ont pas perdu leurs cellules urticantes en raison de l’absence de prédateur dans le lac. Si les méduses paraissent inoffensives pour l’Homme, c’est que les « morsures » causées par leurs cellules urticantes sont trop petites pour causer des douleurs à travers la peau.

 
 

Vue mi-eau mi-air du lac. Les méduses dorées sont remontées vers la surfaceVue mi-eau mi-air du lac. Les méduses dorées sont remontées vers la surface

 
 

Les méduses se déplacent tout au long de la journée à la surface du lac pour s’exposer le plus possible aux rayons du soleil. En effet elles transportent dans leur corps une algue symbiotique, la zooxanthelle. Cette algue a besoin des rayons solaires pour produire, par photosynthèse, divers nutriments. Ces nutriments sont ensuite partagés avec la méduse en échange de la protection qu’elle fournit.

 
 

Méduses replongeant plus en profondeurMéduses replongeant plus en profondeur

 
 

Les méduses descendent également plus en profondeur pour absorber des nutriments qui ne sont pas disponibles à la surface, comme par exemple le nitrogène. Elles ne dépassent cependant pas la profondeur des 15 mètres, car au-delà, l’eau devient anoxique (c’est-à-dire qu’elle ne contient plus d’oxygène) et est alors toxique pour la plupart des organismes vivants.

 
 

Sous un ciel méduséSous un ciel médusé

 
 

Malheureusement, depuis début 2016 la colonie de méduse s’est fortement réduite. Alors que l’on dénombre habituellement plus de 8 millions de cnidaires dans le lac, il n’y avait plus en avril 2016 que 600 000 spécimens. Le nombre de méduses n’a jamais été aussi faible depuis 65 ans.
Les scientifiques n’ont pas de certitudes pour expliquer la disparition des méduses, mais ils suspectent le phénomène El Nino d’en être la cause principale. Cet épisode de sécheresse réduit fortement l’alimentation du lac par les eaux de pluies, chargées en éléments nutritifs. Ce lac, qui contient des eaux saumâtres, voit sa concentration en sel augmenter au fur et à mesure que le niveau d’eau diminue. Une trop forte concentration en sel empêche alors les méduses de se développer.

 
 

Une vue du lac sans les huit millions de méduses le peuplant habituellementUne vue du lac sans les huit millions de méduses le peuplant habituellement

 
 

Une situation similaire avait déjà été observée à la fin des années 90, en conjonction d’un autre épisode El Nino. La population de méduses a ensuite pu se reconstruire, nous espérons qu’il en sera de même cette fois ci.

 
 

Méduses dans le mac au méduse de Palaos

 
 
 


Pour en apprendre plus sur Palau et le lac aux méduses:
Palau sur Wikipedia (FR)
Le site officiel de Palau (EN)
Le lac aux méduses sur Wikipedia (FR)
Enquête National Geographic sur la disparition des méduses du lac (EN)

Comments are closed.