Australie: Le désert des pinacles


Sous vos pieds, un sable chaud et doré par le soleil…
Les dunes autour de vous sont percées par des milliers de flèches de calcaire, certaines mesurant près de quatre mètres de hauteur, qui confèrent à l’ensemble une atmosphère étrange, presque surréaliste.
Vous êtes dans le désert australien des pinacles…

Situation du parc de Nambung, et son désert de pinacles

 

Promeneurs dans le désert

 

Situation :

Le désert des Pinacles est situé au cœur du parc national de Nambung, en Australie Occidentale, à 150km au nord de Perth.
Ce parc national, d’une superficie de prés de 20000 hectares, a été créé en 1956 et attire environ 250000 curieux par an.
Il tire son nom de la rivière qui le traverse, Nambung, qui signifie en aborigène : « tordue ».
Ce parc côtier, en plus des étranges menhirs de calcaire qu’il renferme, contient des dunes de sable blanc, et de magnifiques forêts basses.

 

Pinacles

 

L’ histoire se mêle aux légendes…

La découverte du désert des pinacles par les européens remonterait aux années 1650, période pendant laquelle les néerlandais explorèrent cette partie de la côte ouest australienne.
Ils pensèrent au début que ces piliers de calcaire étaient les vestiges d’une ancienne cité.
Les aborigènes australiens avaient eux aussi une vision sinistre de ces menhirs puisqu’ils les considéraient tel des fantômes fossilisés.
En effet, selon la légende aborigène, de jeunes hommes ont emprunté en des temps anciens un chemin passant par le désert, pour se rendre, de façon discrète, à un lieu sacré normalement réservé aux femmes. Les dieux, pour les punir, les ont enterrés vivants dans le désert. Dans leur mort, les jeunes hommes ont alors demandés pardon auprès des dieux, en brandissant leurs armes à travers le sable, qui se seraient alors figées à jamais sous la forme de ces blocs de calcaire.

 

4×4 sur une piste du désert des pinacles

 

Un processus de création surprenant :

Une théorie (encore controversée) expliquerait ces curieuses formations.
Durant des millénaires, le vent et les vagues ont déposé sur ce désert de sable côtier des milliers de tonnes de carbonate de calcium, provenant des restes de coquillages marins.
Les pluies d’hiver, légèrement acides, permirent à ce carbonate de calcium de s’enfoncer dans la couche inférieure du sol.
Des buissons poussaient dans la région. Leurs racines, ancrées dans cette couche du sol, agissaient comme des pompes : elles aspiraient l’eau mais n’assimilaient pas tout le carbonate de calcium qui finit par s’accumuler aux pieds des plantes, se transformant avec le temps en calcaire solide.
La végétation finit par disparaître de la zone (probablement à cause d’un feu de brousse), mais les blocs de calcaire solide restèrent enfouis sous le sable.
Ce processus de création s’est déroulé il y a environ 30000 ans, peut-être plus. Les vents ont ensuite emporté une partie du sable du désert, laissant apparaître ce qu’il reste de ces blocs de calcaire.
Il est également possible d’observer, sur de nombreux pinacles, des morceaux de racines fossilisées, vestiges du buisson qui a permis l’apparition de ce menhir.

 

Racine fossilisée dans un pinacle

 

D’autres restes de racine

 

Le jeu de cache-cache des pinacles :

Les pinacles sont donc apparus grâce au mouvement des dunes de sable qui se déplacent sous l’action des vents.
Mais les vents sont changeants et il se pourrait que certains pinacles disparaissent un jour, ensevelis de nouveau par le sable, tandis que d’autres, jusqu’alors cachés, apparaîtraient.
Le résultat de fouilles menées dans la région suggère même que le désert de pinacles, qui émergeait il y a 6000 ans, disparut entièrement il y a 5000 ans, pour ne réapparaître que peu de temps avant l’arrivée des Occidentaux.

 

Sommet d’un pinacle perçant une dune de sable.

Le sable commence-t-il a libérer ce pinacle ou termine-t-il de l’ensevelir?

 

Les dunes se déplacent sous l’action du vent

 

Le parc de Nambung mêle Pinacles, dunes de sables blanc et forêts

Comments are closed.